Activité 4 - Communication et sensibilisation, en renforçant l'information et l'implication de la population, en vue de développer une conscience plus équilibrée du risque

Analyse et définition de méthodologies, solutions, infrastructures, technologies utiles pour communiquer en temps presque réel avec les populations touchées par les événementsLa communication des risques naturels est un élément stratégique pour créer une culture populaire de sensibilisation à lenvironnement et pour améliorer la capacité de réaction individuelle aux situations durgence (résilience). Limplication des populations est centrale ; dès lors, il faut un travail suivi dans le temps et adapté aux moyens de communication les plus diffusés. En effet, sur un plan sociologique, la population a évolué. Les moyens de télécommunication traditionnels ne sont plus aussi efficaces quil y a 10 ans. En revanche, le web est devenu central pour sa capacité de communiquer en temps réel : mais là aussi, les changements sont soudains, et il faut faire face à des évolutions à court terme. Parallèlement, laccès à ces technologies nest pas homogène sur lensemble du territoire. Les territoires de montagne, notamment, nont pas toujours une qualité de réseaux convenable. Donc, le seul fait davoir Internet ne suffit pas ; encore faut-il adapter les plates-formes de communication et dinformation aux outils daujourdhui (téléphones mobiles et tablettes). Dans un tel contexte, il est important dadapter les plates-formes de communication en privilégiant un contenu qui met en relation les risques sur un territoire, les modes de vie et de mobilité des citoyens et les nouveaux instruments informatiques.Dans le cadre du projet RiskNET, on propose une expérimentation de la communication des risques qui a comme objectif la transition du canal web traditionnel aux supports numériques en train de se diffuser, à travers :1)      création dune plate-forme « cloud computing » prédisposée pour la mise à jour de tous les dispositifs et la mise en sécurité des données sur les risques naturels habituellement utilisées pour linformation de la population ;2)      adaptation du site web et des outils conventionnels utilisés (de la cartographie jusquaux photos et vidéos) aux standards des téléphones mobiles et des tablettes (Android et iOS) ;3)      création d'applis (au moins 2) à télécharger gratuitement pour recevoir en temps réel toutes les informations sur les risques naturels localisés, sur la viabilité, les niveaux dattention et dalerte liés à la météo ;4)      analyses des besoins des utilisateurs institutionnels ou non, sur la base d'études pour l'accès aux données et aux produits de prévisions hydrométéorologiques en cours d'événement, afin de soutenir les actions de suivi et de gestion des urgences, en termes de contenus et de modes de communication ;5)      création de pages spécifiques de communication pour les non-initiés sur les sites web. Actions participatives  nouvelles actions et échange sur les expériences disponiblesDeux étapes sont envisageables. La première étape aura la forme dun retour sur lexpérience alpine française en matière dapproches participatives sur sites pilotes (BSM et Vallée de la Clarée,...). Il sagira de capitaliser les expériences de ces expérimentations menées avec la population, en envisageant les limites et les avancés de ces approches qui ont été menées dans des contextes et problématiques différentes. La deuxième étape sarticulera autour dun travail déchanges transfrontaliers avec les autres partenaires du projet qui mènent aussi des travaux dans ce domaine et ce afin de croiser les méthodologies, les résultats et les développements possibles. Dans ce cadre, on vise un véritable plan de communication transfrontalier.Les activités seront articulées sur deux fronts : la phase de la prévention et celle de l'urgence. Si en ce qui concerne la prévention, la communication est assortie d'initiatives de formation et en général de diffusion de la culture des risques naturels, dans la phase de l'urgence, pour être efficace, la communication doit avoir des contenus simples, clairs, accessibles en temps dû à travers les canaux de communication qui impliquent les citoyens en première personne, à tout avantage de la capacité de résilience du territoire transfrontalier.Une nouvelle stratégie de communication, s'appuyant sur des contenus simples et des canaux innovants, a pour retombée fondamentale le développement de la capacité d'autoprotection des habitants de nos territoires.La mise en Suvre de mesures d'autoprotection, pour sauvegarder sa propre intégrité et celle d'autrui, est d'autant plus efficace en cas d'implication active de l'utilisateur, qui peut être favorisée par les formes de communication du web 2.0. (ensemble de toutes les applications online qui donne la possibilité dune plus grande intéraction entre site et utilisateur). À ce propos, les nouveaux systèmes de communication seront présentés sur le territoire dans au moins 4 occasions, avec la participation active des maires et des citoyens, en parallèle avec l'expérimentation active des applications réalisées dans le cadre des activités pour la communication en temps presque réel (voir point précédent).
Fondo Europeo di Sviluppo Regionale Alcotra - Insieme oltre i confini Governo italiano Regione Valle d'Aosta Regione Piemonte Rhône-Alpes Dreal Rhône-Alpes
Provincia di Imperia Regione Liguria Région Paca Provincia di Cuneo Conséil Général Alpes Maritimes Dreal PACA
Conseil Général de la Savoie Conseil Général de Haute-Savoie Canton du Valais Bureau de Recherches Géologiques et Minières Centre Méditerranéen de l'Environnement Provincia di Torino